Cannes 2022: Adèle Exarchopoulos in ‘Les Cinq Diables’

At Dupieux, the actress signs a schoolboy appearance in Fumer fait tousser. For Les Cinq Diables, at the Directors’ Fortnight, she switches to family drama with fantastic accents. With the same happiness.

Like last year, Adèle Exarchopoulos landed in Cannes with two films in her luggage. In 2021, she was part of the cast of testosterone Bac Nord by Cédric Jimenez. An action film about the baqueux of Marseille, calibrated to work very well in theaters.

Rien à Foutre, a very low-budget production with a hyper-realistic aesthetic, partly shot on the iPhone by Emmanuel Marre and Julie Lecoustre, was far from aiming for these high spheres. But in the tight-fitting costume of an air hostess nosing around in her loneliness, bludgeoned by the dehumanized working conditions of a low-cost airline, she had landed one of her finest roles.

Source : varmatin.com


Cannes 2022: Adele Exarchopoulos, the darling of Cannes


Adèle Exarchopoulos: “The difficult thing about cinema is not showing emotion but the mundane”

The French actress has just released Rien à Foutre, an intimate and realistic story about the need to connect. Led by Bulgari, Adèle shines with her own light and reflects on her steps in the cinema.

Her film debut was risky to say the least. However, it was precisely that leading role, in the controversial and intimate lesbian drama La vie d’Adèle by director Abdellatif Kechiche and alongside Léa Seydoux, that gave Adèle Exarchopolous (Paris, 1993) international projection.

With an intense look and a childish smile, the French actress chooses characters like her, intense and emotional, fragile but brave. The last one she has played is that of Cassandra in Rien à Foutre, a mandatory drama about the world of flight attendants and the need to connect emotionally that, after the pandemic, lands on the screen just in time.

What was the exact moment when you decided to be an actress?
I really never dreamed of being. My parents asked me to choose an extracurricular and I chose improvisation. During a class, a casting director saw me and took me to an audition. I got the job and I remember thinking, “Are people getting paid for this?” I’m still looking for that feeling that comes with telling someone else’s story. My passion stems from a childhood desire rather than a professional choice.

Nine years have passed since the success of La vie d’Adèle. How do you value that experience now with the perspective of the years?
It was a great human and emotional experience. Now I see the opportunities it brought me and the credibility it gave me. At that time it was risky because I had to make the right decisions, but today I have worked enough to appreciate what I got thanks to her.

In fact, the emotional complexity of Adèle’s character is very present in Cassandra, her new role in the film Rien à Foutre. Do you share anything else?
I see the similarities in the filming process and the directors’ perspectives. There is a kind of tenderness in the way they see this generation, a bit of irony, humor and a lot of emotions. We were surrounded by real people, playing real characters, who brought out the naturalness and reality in us. There was no hairdressing and makeup team, the only wardrobe was for the stewardess, and the rest, whatever we had on hand. I was wearing the director’s sweater, a tracksuit of mine and the other director’s sandals.

Was it difficult to interpret it?
The difficulty in playing her was that she never gets attached and I’m the complete opposite. I am much more emotionally dependent. The challenge of playing Cassandra was not being able to fill the void that she found herself in. It’s what I find most difficult in cinema: it’s not showing emotion, doing love scenes or fighting scenes, it’s the mundane. The real things that happen every day.

If she could play any character, which one would she choose?
The gift of this industry is navigating between genres. If I had to pick one type of character, it would be someone from a big sci-fi movie, like X-Men.

What is it and who gave you the best advice to dedicate yourself to the film industry?
It was Christopher Waltz, just after getting the Palme d’Or at Cannes for La vie d’Adèle, he told me: “Work”.

She always makes powerful characters, but what is Adèle like off screen?
I am like them, intense and emotional. It’s hard to define yourself, but I guess the difference is in my simplicity.

She is jealous of her private life, is it possible to combine fame and everyday life?
I try to find a way. I know that many people found out late that I had a son because I would never post anything about him online. We cannot forget that it is a virtual world and most people use it to validate themselves. For me it’s simple: the less they know, the less they can get to you.

You have also made your foray into fashion, what attracts you to it?
For me it is a game of fantasy and mystery. I choose the brands I work with because of what arouses me… Bulgari, because of her family heritage; Fendi for his chic character, or Paco Rabanne, for his sensuality. I also like that diversity of cinema in fashion.

Source : lavanguardia.com


Our Worst Stories of Shame 2 (Theodort’s Master Class)


Adèle Exarchopoulos: “I dived into the underside of low-cost flights”

The actress, revelation of La vie d’Adèle, is dazzling in Rien à foutre, a film currently in theaters which tells the daily life of an airline flight attendant.

Nine years after her Palme d’or obtained at the Cannes Film Festival with Léa Seydoux for La vie d’Adèle, the only Palme d’or in the history of the festival awarded two actresses – and it was Steven Spielberg, then president of the jury, who had made a point of rewarding them -, Adèle Exarchopoulos finds in her latest film, Rien à foutre (currently in theaters), her most significant role. Totally moving and with phenomenal accuracy, it portrays a somewhat lost low-cost airline stewardess, who flees reality – in particular the death of her mother – by multiplying trips, parties and shots. one night.

By immersing us behind a fascinating backdrop, of which until now we only knew the tip of the iceberg, the film imposes itself as a Polaroid of the modern world, that of a certain youth. From Morocco, where she is recharging her batteries before preparing for the Cannes Film Festival, where she will present two new feature films, the actress tells us about the amazing shooting conditions of this film on the borders of the documentary.

We only see you in Rien à foutre. From the first to the last frame, you carry it admirably on your shoulders… Did you expect to have such a presence?
No not at all. For the simple and good reason that Emmanuel Marre, one of the two directors, whom I met first, had been very clear from the start: he did not want to follow a precise scenario but to reinvent everything according to the meetings, having total freedom during filming and improvising a lot… I had seen one of his short films which took a look full of humor and depth at our generation and I had total confidence in him. Just like Julie Lecoustre, her partner, whom I met later.

At first, both were considering giving the role to a real flight attendant. What made them change their tune?
I don’t really know… They actually met hundreds of flight attendants before we found each other. I had also been warned: “It is not certain that you will have the role, perhaps they will find the hostess of their dreams”. And then with Emmanuel, during this meeting, we liked each other… They still asked me to do some tests, in a small hotel room, on the Brussels side, all made up with a hostess costume, to be sure of their shot… He wanted to see how I carried the ritual of loneliness of an air hostess who gets up at dawn, unable to have an emotional life…

You then took training courses. How was this immersion phase?
I left with a low-cost company to do empty legs: Paris Madrid, Madrid London, London Paris… And I dived into the underside of these flights, in terms of preparation, security, pressure of numbers to sell as many products as possible for the passengers… That’s when I started to understand one of the essential elements of the character: this notion of having no hold on the present… One day, we were about to take off and I get a phone call from my young son’s school principal, who usually only calls me when there’s a problem. And there, for 3 hours, in full flight, I realized that I couldn’t do anything for him or for the people I love. I couldn’t talk to him, couldn’t act… We suddenly realize the constraints of this job, and the impact of these on their lives.

There is also this notion of the mask, very present in the film, that these hostesses must display, of perpetual representation… Is there a parallel to be drawn with what you sometimes experience as an actress?
A little yes. In the air, they must disconnect from reality, forget their problems and smile no matter what. Not to mention those passengers convinced that they will soon die and that you must reassure. And with the exception of this last point, when we actresses find ourselves on a promo, we are asked the same thing: to take a certain posture for the photos, to be pretty, with a smile on our lips and also to forget our worry. Moreover, to show you how important the notion of the mask is, I remember that when I became pregnant, after the Palme d’or at the Cannes Film Festival for La vie d’Adèle, I could not find no more roles and I went back to work in my father’s little sandwich stand, where I worked before breaking into the business. And for people, it was just inconceivable that the glamorous actress they knew would sell them popcorn. When they told me that I looked like him, no matter how much I told them that in fact it was me, they were convinced that I was telling them canards: “You say nonsense! Come on, put me some M&M’s with that…”.

The filmmakers mentioned filming sometimes hastily in airports… Concretely, how did it go?
We would arrive in the morning and I would go to the toilets to change and do my make-up… For certain airports, notably that of Dubai, we did not have authorization to shoot. So we pretended that we were doing scenes for a wedding between us. There were a lot of moments stolen or worked on in a hurry.

How does improvisation work?
Already, you need directors who know how to put you at ease enough so that you can completely abandon yourself. And it was. Afterwards, they asked a lot of hostesses or flight attendants to play their own role and it immediately creates something extremely natural. We also shot during real flights where the production had offered passengers to travel for free in exchange for being filmed. As for the party scenes, we were totally embedded in real fiestas. After all, not everything was improvised. We still had a script, with a few key scenes written that had to be respected.

Do you identify with this lost youth portrayed in the film, who only has Instagram or Tinder as a real landmark?
In part, yes, because I know how society works today, where everything is consumed very easily, where we constantly seek everyone’s approval. I practice social networks, Instagram often for my work, and it has very good sides. Afterwards, it’s already starting to scare me for my son. I don’t want him to fall into it too young. However, I am unable to do a Tinder. I’m not judging, I’m sure there are great love stories on that side too, but when it comes to feelings and encounters, networks, it’s not for me.

Last year, Rien à foutre was presented in the Critics’ Week selection at the Cannes Film Festival, where you will be present twice this year, with Fumer fait tousser, by Quentin Dupieux, in the Official Selection, and with Les cinq diables, by Léa Mysius, at the Directors’ Fortnight. Are you rejoicing? Can you tease these two films for us?
Cannes, it all depends on who you share it with. If my best friends are there, Leïla Bekhti, Tahar Rahim, Géraldine Nakache or Jonathan Cohen, I know I’m going to have fun, yes. Afterwards, for the films, I have not yet seen Fumer fait tousser. I only want a small role in it, but it’s still a very wacky film, with a team of fallen superheroes who must go green to tame their fears by telling stories. And Les cinq diables is a fantastic film where I play a young woman who lives with her husband and daughter in a village. And this child has powers allowing her to go back in time through smells and she will notably revisit her mother’s past…

Source : lematin.ch


5 express questions to Adèle before the César 2022

Her first visit dates back only to 2014, however, today, Adèle Exarchopoulos is a familiar face to the Césars. A true style icon for her time, the young actress likes to dress up. Tonight, she is wearing a breathtaking Paco Rabanne dress. Exclusively, she answered our questions a few hours before the big ceremony. Nominated for the César for best actress in a supporting role, Adèle Exarchopoulos takes advantage of this unique moment, without pressure.

How do you feel a few minutes before the ceremony? Always a pleasure to go to this high mass?
I feel lucky, and I feel surrounded by people I love so that’s the main thing.

Is it a perilous exercise to define your outfit for the Césars? Are there any prohibited clothes?
Not when working with Leila Boumedjane, who is my stylist. Yes, I suppose there are less advisable clothes. You will have to ask her (laughs). I don’t really care.

Why did you choose to wear Paco Rabanne tonight?
Because it’s a classy, elegant brand that I really like. I have a high regard for its artistic director, Julien Dossena. He is also my friend.

How do you feel when you’re dressed as Paco Rabanne?
A feeling of femininity. And elegance.

What can we wish you? We imagine leaving with the precious statuette…
What can you wish me? That whatever happens, there are the same people who are in my room as when I left it.

Source : elle.fr


“Je sais que je ne suis pas du tout ce que je dégage” pour L’Officiel Paris

C’est une rentrée intense pour l’une des actrices les plus observées du cinéma français. Avant d’enchaîner plusieurs tournages, elle se confie à nous et révèle son envie de défendre des personnages qui lui ouvrent de nouveaux horizons.

L’année a déjà bien commencé. À 25 ans, Adèle Exarchopoulos est revenue en compétition à Cannes, six ans après la Palme d’or obtenue pour La Vie d’Adèle. Dans Sibyl de Justine Triet, sorti au printemps dernier, elle hisse sa performance au niveau de celles de ses modèles au cinéma : Gena Rowlands, Susan Sarandon, Béatrice Dalle et Kate Winslet. L’année 2019 la verra aussi aborder pour la première fois le genre de la comédie avec Mandibules de Quentin Dupieux. Ce sera une fantaisie surréaliste et ambitieuse, où l’imaginaire visuel prodigue à l’élan comique une force explosive. Pour l’actrice, l’avenir, c’est maintenant.

En parallèle à votre carrière au cinéma, vous avez toujours entretenu un intérêt sincère pour la mode…
Je n’y avais pas accès avant de faire du cinéma. Désormais, poser, mais aussi pouvoir assister aux défilés, comprendre ce qu’ils représentent, tout l’artisanat en coulisses, ça me passionne. Il y a une image à incarner, et surtout à manier en trouvant la bonne distance, voire un peu d’humour. Sinon, on peut vite se laisser travestir et devenir lisse. J’ai donc appris, lors des shootings, à être moi-même à travers les univers que je suis chargée d’incarner.

Vous entretenez même de grandes amitiés dans ce milieu…
Oui, Camille Seydoux m’habille depuis le Festival de Cannes en 2013 et la Palme d’or pour La Vie d’Adèle. Je me souviens, je n’avais absolument rien à me mettre, j’étais sur le tournage d’un autre film, je dormais dans un hôtel Ibis et soudain on m’a dit: “Il faut aller à Cannes”. Personne ne me connaissait, j’avais 19 ans et j’ai demandé à Camille (la sœur de Léa Seydoux, ndlr) de m’aider. Je suis émue parce que depuis, je sais que je peux l’appeler, j’ai la chance de la savoir à côté de moi, dès qu’un nouveau projet se présente.

Cette année, au cinéma, vous n’avez jamais eu autant de projets.
Il y a notamment Bac Nord de Cédric Jimenez. C’est un polar tourné à Marseille qui évoque aussi bien la criminalité galopante que l’obligation aux résultats à laquelle sont soumis les policiers, jusqu’au jour où le système judiciaire se retourne contre eux.

Dans un virage à 180 degrés, il y aura aussi Mandibules de Quentin Dupieux.
C’est vrai que la comédie est un genre dont j’ai énormément envie, mais qui me fait peur aussi. Cela dit, la peur et l’urgence me motivent. J’ai envie d’aller vers ce que je ne connais pas, d’autant plus qu’en France, on vous stigmatise très vite. Si tu fais trois films d’auteur dédiés aux thématiques sociales, tu deviens indissociable de ce cinéma-là. Alors, réussir à accepter les règles du jeu, pour mieux savoir les contourner et ne pas être cataloguée, ce n’est pas évident. On m’a d’ailleurs souvent posé des questions à propos de la comédie, en présupposant qu’elle ne me convenait pas. Je vénère Ken Loach, certes, mais j’adore aussi Jim Carrey.

On vous verra enfin dans Revenir, un premier long-métrage de Jessica Palud qui vient d’être sélectionné à la prochaine Mostra de Venise.
J’y joue une veuve. Surtout, je l’ai tourné avec un enfant dont c’est le premier film. J’adore cette magie des enfants ou des non-professionnels. Il y a une liberté et un instinct qui évidemment se perdent, une fois qu’on se met à tout intellectualiser. En tout cas, c’est la première fois que je joue une maman.

Votre perception des rôles qu’on vous propose a-t-elle changé depuis que vous êtes devenue mère ?
Pas précisément, mais forcément je juge moins, j’ai revu mon sens des priorités et reconsidéré l’importance de la transmission. Bon, ça sonne un peu cucul, mais c’est vrai ! Maintenant, je ne lis pas chaque nouveau scénario à l’aune de ma maternité, mais elle me nourrit certainement, d’une façon ou d’une autre.

Y a-t-il des rôles qu’on ne vous propose jamais ?
J’aimerais jouer moins les ingénues, aller davantage vers les films d’épouvante ou les films futuristes. Dans tous les cas, j’aime les imperfections d’un rôle, tout ce qui ouvre le débat. On aime aussi les autres pour leurs imperfections, même si lors des conflits, on affirme toujours: “J’aimerais bien que tu changes ci et ça.” Aimerait-on autant les autres sans leur part de noirceur ?

Vous semblez être assez sélective dans votre carrière.
À quoi bon se presser ? J’ai trop eu le sentiment qu’on m’attendait au tournant pour ne pas prendre mon temps. Je grandis à travers mes choix. Alors, même si je viens d’enchaîner les castings, ce que j’adore parce qu’on n’y parle du personnage et pas d’autre chose, comme de l’ego ou du salaire, une carrière se construit bien souvent sur des refus. D’ailleurs, quand j’ai trop de doutes, je préfère renoncer.

Regardez-vous les films dans lesquels vous jouez ?
Oui, mais uniquement pour les défendre ensuite durant la promo, pas pour m’admirer.

Avez-vous le sentiment de jouer avec votre image ?
Quand j’arrive sur un film, je m’abandonne totalement au personnage. Je ne me pose pas trop la question de mon image, d’autant qu’on ne peut pas empêcher les malentendus. Je sais qu’avec mes formes et ma grosse bouche, je suis considérée comme une femme sensuelle, alors que je pense être assez pudique. En fait, mon image, je la laisse complètement appartenir, non pas au metteur en scène, mais à la vision qu’il a de mon personnage. Je sais que je ne suis pas du tout ce que je dégage.

Vous appréciez même les vrais rôles de composition.
Oui, dans le biopic sur Rudolf Noureev réalisé par Ralph Fiennes, mon personnage s’éloignait beaucoup de moi, avec sa prestance et sa coupe au carré très sage. J’ai fait énormément de barre au sol afin de travailler sa posture distinguée. Si ça passe par le corps, ça me plaît, je n’aime pas trop intellectualiser, je préfère le concret. Un rôle comporte forcément une part d’insoupçonné mais là, je voulais voir si j’en étais capable. Je me suis demandé si je réussirais à être élégante, car je sais qu’on me reproche ma nonchalance, ma diction. J’aimerais aussi faire une voix dans un Disney : ça me pose plein de questions et ça me sort de mon quant à soi.

Source : lofficiel.com


Interview pour 7 sur 7

Adèle Exarchopoulos fut la révélation de 2013 quand on la découvre au côté de Léa Seydoux dans La vie d’Adèle. Le film lui vaudra 19 prix dont le César du Meilleur espoir féminin et surtout la Palme d’or qu’elle reçoit – fait exceptionnel – au même titre que son réalisateur Abdellatif Kechiche, et avec Léa Seydoux… Tout cela à 20 ans à peine. Avant cette remarquable consécration, il y aura eu les cours de théâtre pris dès 8 ans, les débuts à la télévision dans “R.I.S Police scientifique” et tout un tas de petits rôles, notamment dans “Boxes” de Jane Birkin, “Tête de Turc” de Pascal Elbé ou encore “Chez Gino” de Samuel Benchetrit. Désormais les premiers rôles s’enchaînent. Le dernier en date est celui qu’elle tient au côté de Matthias Schoenaerts dans “Le Fidèle” du réalisateur belge Michael R. Roskam. Elle y interprète Bibi, une jeune femme à la vie bourgeoise, férue de course automobile dont la vie va bientôt être dévorée par l’amour fou qu’elle porte à un malfrat.

Après La Vie d’Adèle et Éperdument, c’est la troisième fois que vous interprétez un amour absolu. Est-ce votre choix ou la façon dont les réalisateurs vous regardent ?
Sans doute un peu des deux. Je pense que comme dans la vie j’ai besoin des autres, j’ai besoin d’amour et à chaque fois j’ai trouvé des bonnes raisons de faire ces films. Mais c’est aussi la rencontre avec un sujet. Pour ma part je suis un peu pessimiste quant à l’amour éternel. Ces rôles sont peut-être une manière de me désillusionner!

Dans une interview, et à propos de la naissance de votre bébé, vous avez dit aimer profondément votre mec, aussi pour ses défauts… Une phrase qu’aurait pu dire Gigi dans le film.
On a cette chose en commun d’être complètement dans le sacrifice, dans la dévotion, mais sans se sentir soumise… D’ailleurs se soumettre peut être une forme de domination à partir du moment où on le choisit.

Comment avez-vous construit ce personnage de Gigi ?
Comprendre la problématique de la scène à jouer est facile. On joue la situation en fonction de l’instant, et des directives que l’on t’a données. Mais ce qu’il y a de plus important ce sont les entre scènes: là où l’on nourrit le personnage, là où l’on en imagine son passé. Pour le circuit de course, la discipline, l’adrénaline, j’avais Michael R. Roskam. Comment elle se sent quand elle rentre dans sa voiture, quand elle en sort, pourquoi elle aime Gino… Autant de questions auxquelles tu te dois de répondre avant. Il faut aussi assumer le fait de ne pas savoir! Et de se dire que comme dans la vie, nous ne sommes pas bercés de certitudes, sinon on ne ferait rien.

Quid à l’avenir des scènes de nus, vous qui en avez tournez souvent dans les films et en l’occurrence dans Le Fidèle ?
Quand c’est la première fois, tu dévoiles quelque chose. Quand c’est la deuxième fois, on devra te convaincre qu’il sera possible de revisiter cette première fois et on devra te convaincre de la nécessité de la faire. Je trouve ça plus compliqué de me le redemander et plus compliqué pour moi de le ré accepter parce que forcément j’ai peur de lasser les gens, j’ai peur moi-même de me lasser et j’ai peur de lasser mon personnage. À chaque fois je trouve des excuses et pourtant ce n’est pas quelque chose que j’aime. Ce sont des scènes que je n’aime pas regarder. Je ferme les yeux plutôt que de les regarder et je me dis que je n’aurais pas dû. Je ne mettrai jamais de veto, car je ne veux pas être bêtement radicale, mais mon désir est d’en faire de moins en moins. En la matière, être devenue maman a aussi changé quelque chose.

Les scènes de nus sont elles difficiles à faire, et plus difficiles que d’autres ?
C’est toujours difficile. Je suis très complexée et jamais, devant quelqu’un que j’aime, je vais me mettre ainsi en pleine lumière, nue. Je suis bien sûr mal à l’aise de me voir sur un écran de cinéma, parce que c’est moi dans tous mes complexes et dans toutes mes imperfections et c’est mon regard sur ces complexes et ces imperfections… Sauf que si j’arrive sur un plateau avec mes complexes à moi, je ne tourne plus! Je me dis que ma pudeur est ailleurs. J’essaye de prendre le nu comme un déguisement. Mais au final, les scènes de cul, il ne faut pas réfléchir sinon t’es mort !

La Vie d’Adèle vous a médiatisé et des rôles à l’international se sont offerts à vous. Vous avez tourné avec Sean Penn et dernièrement sous la direction de Ralf Fiennes pour un biopic sur Rudolf Noureev. Est-ce qu’Hollywood vous attire ?
Oui, bien sûr, mais ce n’est pas un but. Un premier rôle, demain, en anglais… je ne m’en sens pas capable. La Vie d’Adèle m’a mise en avant très vite et peut-être trop vite. Il me faut encore du temps pour apprendre, pour me nourrir, mais jamais je ne vais dire non à un projet qui me passionne, qu’il soit flamand ou qu’il soit à Hollywood. Je suis tellement arrivée par hasard dans ce travail, qu’au final je me dis qu’il est préférable de ne rien imaginer, car c’est cela qui m’a porté chance. Et puis dès que tu te fixes des objectifs, tu as une manière d’agir qui devient différente.

Jusqu’à présent on vous a vu dans des rôles plutôt charnels et intenses, aimeriez-vous aller vers tout autre chose, vers plus de composition ?
La comédie, c’est mon rêve. Je regarde peu les comédies françaises hormis celles d’Éric Nakache et Olivier Tolédano ou de Gustave Kervern. Mais l’humour dans les comédies françaises n’est pas si varié que ça… l’absurde, le burlesque sont en train de disparaître.

Pour tout ce que l’on vous propose, êtes-vous difficile dans vos choix ?
En raison de ma grossesse, j’ai dû refuser beaucoup de choses. Je ne suis pas très difficile parce qu’il m’est très difficile de dire non. Je n’aime pas avoir cet ascendant professionnel, même si je sais qu’une carrière se construit aussi avec des non. Et pour avoir passé tant de casting, je sais ce désir d’avoir envie de faire partie d’un projet. D’un autre côté, je préfère laisser la place à quelqu’un qui a vraiment envie, plutôt que de menacer un projet parce que j’y serais allée à contrecœur.

Avez-vous peur que tout s’arrête ?
Oui, évidemment. Ce serait mentir que de dire le contraire. Ce serait vachement de déception et un peu de souffrance, mais je ferai autre chose, j’improviserai, j’aurai un plan B. Pour l’instant je prends ce que la vie me donne, après on verra !

Source : 7sur7.be


Adèle Exarchopoulos maman : découvrez le sexe et le joli prénom du bébé !

Public est aujourd’hui en mesure de vous révéler le sexe et le prénom du bébé de l’actrice française Adèle Exarchopoulos et du rappeur Doum’s…

Mardi soir, à Cannes, Adèle Exarchopoulos était tout simplement resplendissante. La belle de 23 ans montait les célèbres marches du Palais des Festivals de Cannes au bras de Nicolas Ghesquière, directeur artistique de la maison Louis Vuitton dont elle est l’égérie et faisait ainsi sa première apparition publique depuis son accouchement il y a à peine quelques semaines.

L’actrice portait une magnifique robe à sequins qui mettait en valeur sa silhouette post-grossesse… parfaite. Et alors que tout le monde se demande depuis la naissance du bébé, quel est le sexe et le prénom du nouveau-né, Public est aujourd’hui en mesure de répondre à vos questions.

Selon nos informations exclusives, Adèle Exarchopoulos et le rappeur Doum’s (alias Morgan Frémont, membre du collectif de Nekfeu et du groupe L’Entourage) ont accueilli un garçon qu’ils ont d’ailleurs choisi de prénommer Ismaël.

Très discrète quant à sa vie privée mais toutefois très connectée sur les réseaux sociaux, notamment Instagram, reste désormais à savoir quand la talentueuse Adèle va partager avec ses très nombreux abonnés la toute première photo de son adorable fiston.

Source : public.fr


Quand Adèle (Haenel) rencontre Adèle (Exarchopoulos)

Adèle Exarchopoulos et Adèle Haenel : deux actrices habitées et singulières tournent pour la première fois ensemble. Une occasion rêvée pour affronter leurs imaginaires de jeunes femmes libres, entières et insoumises.

La came à portée de main, clopes et chocolat, rien que du légal, les deux Adèle sont en promo pour Orpheline. Elles y jouent le même personnage à des âges différents. Le film réussit le test de Bechdel haut la main : y figurent plus de deux personnages féminins, qui se parlent et parlent d’autre chose que des hommes. Le rôle politique d’une actrice ? Ça passe aussi par le choix de ses films, nous disent-elles d’une seule voix.

Adèle Exarchopoulos et Adèle Haenel confirment qu’elles ne jouent pas n’importe quoi n’importe comment : dans leurs films, de La vie d’Adèle (Adèle E.) aux Combattants (Adèle H.), ces deux actrices font valser le corset d’une féminité répertoriée, d’une hétéronormalité faisandée. Aujourd’hui, c’est la première fois qu’elles passent du temps l’une avec l’autre ; sur ce film, elles n’ont pas joué ensemble. Et entre la cérébralité têtue d’Haenel et la sensualité brute d’Exarchopoulos, ça matche.

Telles des adolescentes collées un samedi après-midi, attendant que la sonnerie les libère, elles se passent une clope, comme pour faire front commun face aux emmerdements de l’interview. En sweat à capuche et morgue affichée, elles se reconnaissent.

Sur cette photo, vous avez l’air vraiment complices. Auriez-vous pu la faire si vous vous détestiez ?
Adèle Exarchopoulos: Non, je n’aurais pas pu poser avec quelqu’un qui m’a fait du mal ou à qui j’en veux. Si je t’avais détestée, j’aurais pas pu.
Adèle Haenel : Ouais ? On l’aurait fait parce qu’on est obligé. Au début je râle, et au final je dis oui. Y a un moment, faut se tenir. On vit en société…
A.E. : Moi, je sais pas me tenir.
A.H. : Moi non plus. Ah, ah !

Ce film, réalisé par un homme, est une exception dans la mesure où il donne la parole aux femmes, et presque seulement à elles. C’est un film féministe ?
A.E. : Je pense pas. J’ai un problème avec les délires féministes. J’ai pas lu le scénario en me disant : « Ah, ben voilà ! Ce film parle de liberté, de tolérance par rapport à des choix. Je me demande si les gens vont juger cette femme sur sa sexualité, sur sa fuite. »
A.H. : Ah, moi, je me revendique féministe. Ce film met en scène des femmes sans poser de jugement masculin sur elles, et en ça il participe au féminisme. Une femme cherche sa voie avec la féminité, et les hommes se débattent avec la virilité.

Beaucoup d’actrices ne supporteraient pas de se laisser filmer à leur désavantage.
A.E. : Les boutons, c’est les miens, même pas du maquillage. T’arrives à accepter ça, Adèle ? Ce moment où tu te sens hyper mal à l’aise, vulnérable, moche, dans un film, et quand tu n’es pas à la bonne distance ?
A.H. : C’est très détestable. Mais ce qui est pratique, au cinéma, contrairement au théâtre, c’est que tu peux t’investir complètement en ne te posant pas la question de la gueule que tu vas avoir. Ton taf, au moment où tu tournes, c’est de… comment dire ?

Ton taf, c’est de lâcher ?
A.H. : Si tu voyais tout de suite le résultat, tu ne le ferais peut-être pas. On tourne, et on a un film un an plus tard. La première partie du travail, c’est de jouer. La deuxième – détachée de la première –, c’est d’assumer. Et tu te rends compte que les gens t’aiment pour ce que tu es, et pas pour ce que tu voudrais être. Bien sûr, ils voient ce que tu voudrais être, et à quel point tu n’y es pas. C’est une meilleure façon d’être aimée, même si c’est par moins de gens.

Ils n’y arrivent pas vraiment.
A.H. : Ils ne sont pas moralement mauvais, ils sont juste usés par la vie, par le temps d’une vie. Le film parle de ça aussi.
A.E. : J’aime bien le regard d’Arnaud (des Pallières, ndlr) sur les femmes, sur les actrices. Je l’entendais, quand il nous dirigeait, il aime les femmes pour leurs failles, leurs imperfections aussi.

Quelles imperfections ?
A.E. : Des imperfections physiques, par exemple. Moi j’ai une peau immonde pendant tout le film.
A.H. : La perfection, aujourd’hui, c’est les pubs pour les rasoirs. Les filles, elles n’ont pas un gramme de trop, elles sont retouchées vingt-cinq fois. C’est pas ça aimer les gens. Jean Genet a écrit un truc sur Rembrandt : quand il peint sa mère, il peint la vieillesse de sa mère, son trajet de vie… C’est ce que veut dire Adèle, je pense. On aime les gens pour la vie qui les traverse, pas juste un idéal de beauté plastique, figé, destiné à vendre des rasoirs et des maisons à Marne-la-Vallée.
A.E. : Dans le couple, on est toujours là à se reprocher des choses. Un jour je me suis demandé : « Si mon mec changeait, est-ce que ça me dérangerait ? Est-ce que finalement je ne l’aime pas pour ses défauts ? » La réponse est oui. Je l’aime aussi profondément pour ses défauts.

Dans le film, le personnage interprété par Nicolas Duvauchelle tabasse sa fille de 13 ans. Une écrivaine m’avait dit un jour que les pères frappent leur fille pour les punir de ne pas pouvoir coucher avec elle. Qu’en pensez-vous ?
A.H. : Ah ouais ?
A.E. : Moi je ne vois rien de sexuel là-dedans, peut-être parce que j’y connais rien. C’est plus une façon très maladroite et inexcusable d’aimer. Le nombre de bleus sur quelqu’un peut être comparé au nombre de bisous que cette personne aurait pu recevoir. Tu associes les coups à l’amour. Il y a une frontière hyper-fine entre haine et amour. J’ai fait des ateliers en prison : le nombre de crimes passionnels, de meufs dont le casier était vierge et qui ont plongé… Je le comprends. Un dérapage c’est horrible, mais je comprends. Une fois de plus, sans excuser. Après, quelqu’un qui se lève tous les matins et pète la gueule à sa fille, c’est différent.

Adèle H. ?
A.H. : Il y a une forme de lâcheté dans la violence. Péter la gueule à quelqu’un, c’est le chemin le plus direct pour exister. Ça dit une absence d’effort dans la construction de soi. Tu compenses par la violence que tu vas infliger à quelqu’un. Il me semble que c’est plus souvent une violence des hommes envers les femmes que l’inverse.

Tu n’as pas l’air d’accord, Adèle E.
A.E. : Les femmes violentes avec les hommes, ça existe aussi, on en parle beaucoup moins. Et on ne peut pas généraliser : chaque situation, dans un couple, une famille, a sa complexité.
A.H. : Ça se passe quand même plus souvent dans l’autre sens. Bon, après, il y a des vies écrasées, qui du coup en écrasent d’autres.

Vous vous êtes déjà fait taper ?
A.H. : Tu crois qu’on va dire ça dans Marie Claire ?

Pourquoi pas ?
A.H. : Non, notre vie personnelle ça ne regarde pas Marie Claire.

OK. Pensez-vous que cette jeune fille, le personnage du film, qui couche avec des hommes plus vieux, est en quête d’amour ?
A.E. : C’est aussi une quête de soi. Nous, les femmes, on aborde le sexe de manière plus cérébrale. Ça ne nous empêche pas du tout de prendre du plaisir.
A.H. : Ce personnage connaît des mues successives d’identités, c’est comme ça que je vois l’histoire. Comment tu te dépouilles, au travers des âges de ta vie, du concept même d’identité. Pour devenir plus fluide et vivre plus sincèrement. Plutôt qu’une quête d’amour, on a à faire le deuil de sa propre naissance. A partir du moment où tu nais, tu n’es plus tout. Tu es un petit morceau, et tu travailles ce morceau.

Adèle H., tu as dit un jour : « Exister demande une sacrée dose de combat. »
A.H. : Oui, on est écrasé par les injonctions. Il faudrait être comme ci ou comme ça. En fonction d’où tu es né, de ta couleur de peau, de ton orientation sexuelle, de ton sexe…, j’assimile ça à de la fausse vie, de la vie plate, sans intérêt. Moi c’est là où j’envoie chier tout le monde, et où l’acte d’exister devient une résistance. Donc on peut appeler ça un petit combat. Regarde la honte que représente la transgression. Ça fait toujours peur.
A.E. : Il y a le combat contre soi-même aussi. C’est le combat le plus dur dans la vie. Tu as du mal à aimer qui tu es ?
A.H. : Oui, grave. Comme tout le monde, non ?

Tu ne ressens pas ça, Adèle H.?
A.H. : Si, mais je trouve qu’on est trop absorbé par nous-même. A l’inverse d’Adèle, la théorie m’aide vachement. Ça m’ouvre des horizons. Je me confronte à des livres, aux pensées d’autres gens. Ça fait un appel d’air, et j’arrête de tourner autour de mon nombril, de me poser en permanence la question de qui je suis. Et je m’en fous un peu plus, tu vois ?

Pourquoi vous a-t-on appelées Adèle ?
A.E. : Le soir où ma mère a perdu les eaux, mon père était en train de boire une bière Adelscott. Le choix est donc venu de ce qu’il y avait au bar.
A.H. : Parce que mes parents aimaient bien ce prénom. Et à cause d’Adèle Blanc-Sec.

Source : marieclaire.fr


(Video) March 27 – Télérama


Adèle Exarchopoulos and her cult beauty product

À l’occasion du prix « Beauté Stars », l’actrice nous raconte son coup de cœur beauté : le rouge à lèvres Lip Magnet, de Giorgio Armani Beauty.
C’est le plus VIP des prix cosmétiques. Il récompense chaque année les produits de beauté plébiscités par notre jury de stars (100 actrices et personnalités ainsi que 35 acteurs) dans toutes les catégories (soin visage, parfum, maquillage, etc.). Pour cette 9e année, coup de projecteur sur un produit qui a fait flasher un membre du jury.


La personnalité
Adèle Exarchopoulos. Révélée par La Vie d’Adèle au Festival de Cannes 2013, où elle reçut la Palme d’or aux côtés de Léa Seydoux, puis nommée césar du Meilleur Espoir féminin l’année suivante, la talentueuse actrice de 23 ans enchaîne les tournages. À l’affiche le 11 janvier dans The Last Face, le film de Sean Penn, avec Charlize Theron et Javier Bardem, on la verra ensuite dans Orpheline d’Arnaud des Pallières et Le Fidèle de Mickaël R.Roskam ou l’histoire d’un coup de foudre avec Matthias Schoenaerts…

Le produit culte
Lip Magnet, Giorgio Armani Beauty. Une couleur mate intense et une texture si fine qu’on ne la sent pas… Ce rouge à lèvres liquide dessine les lèvres à la perfection, dans des couleurs audacieuses, dignes de la Scala de Milan. Son secret ? Un polymère « Fusion » qui lie huiles nourrissantes et pigments pour une tenue longue durée (8 heures). Et un astucieux pinceau applicateur qui diffuse juste ce qu’il faut de matière, pour sculpter sans déborder. Quand on porte une de ses dix-huit nuances vibrantes, on se maquille peu les yeux, on se fait un teint parfait et… une entrée théâtrale !

Ce qu’elle en dit
« Un rouge qui sublime mes lèvres avec une tenue irréprochable. »

Source : madame.lefigaro.fr